Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Méditations sur les enseignements bibliques pour le quotidien d'aujourd'hui

Travail

 

 

Travail

 

People do not get tired out from working where work is intelligently handled. Work, if it is interesting, is a stimulant.

 

 George Matthew Adams

 

Les gens ne s’épuisent pas à travailler quand le travail est exécuté intelligemment. Le travail, s’il est intéressant est un stimulant.

 

 

 

Plus qu’une corvée destinée à assurer sa subsistance, le travail constitue le moyen privilégié pour l’homme de contribuer au bien commun. Le travail se veut également un outil de promotion personnelle en permettant à celui-ci d’utiliser ses talents et d’en découvrir de nouveaux ainsi que de réaliser en groupe des choses qui étaient hors de sa portée. Cette élévation de l’homme par son labeur confère au travail toute sa noblesse. Conçoit-on ou organise-t-on le travail sans se préoccuper de celui qui l’accomplit, de lui permettre de participer aux activités au-delà de ses seuls efforts ou de sa présence physique, que l’on dénature le travail. Le travail doit être fait pour l’homme et non l’homme pour le travail (Jean-Paul II, Laborem exercens).

 

Le principal défi des gestionnaires est d’organiser le travail pour qu’il soit stimulant pour ceux qui l’accomplissent, qu’ils y trouvent autre chose qu’un salaire à la fin de la journée. Plusieurs raisons amènent le travail à être ressenti comme un fardeau : la répétition mécanique de tâches, le défaut de faire appel à toutes les capacités du travailleur particulièrement son intellect, le manque de considération envers l’exécutant et son œuvre. Le travailleur lui-même doit se questionner à savoir si la perte d’intérêt ou de satisfaction à l’égard de son emploi ne provient pas de causes qui lui sont propres et, le cas échéant,  prendre les actions qui s’imposent. Parmi ces causes se trouvent notamment l’atteinte du potentiel de développement du poste occupé ou encore une diminution des capacités requises pour s’acquitter adéquatement de ses fonctions. L’employeur ne doit pas considérer ses employés comme de simples instruments de production et demeurer vigilant afin que le travail demeure un stimulant pour tous. Ainsi, tous y gagneront, l’employé en progressant vers une mise en œuvre toujours plus grande de ses talents sans pour autant excéder ses capacités et l’employeur en retirant un meilleur apport de chacun de ses salariés   

 

Conséquemment, le pire drame du chômage, compte tenu des divers programmes sociaux qui assurent la subsistance de ceux que cela touche, réside dans la mise à l’écart de la société de ceux qui ne peuvent participer à son évolution et, individuellement pour chaque personne qui en est affectée, de se voir privée d’un moyen privilégié de développement personnel. Dans cette perspective, on parle d’un droit au travail comme d’un droit de l’homme en ce qu’il est nécessaire à la préservation de la dignité de la personne.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article